Le Financement Interne de l’Entreprise

Le financement interne de l'entreprise dans la recherche de financement
Posté par: Adam Mendé Commentaires: One Comment

Partager l'Article:

(Le financement interne) Pour financer son entreprise, il n’est pas nécessaire de se tourner vers le micro-crédit ou le financement participatif. Des solutions simples comme recourir aux fonds propres des associés et à l’apport personnel et/ou se tourner vers les proches, sont à envisager à l’interne. 

Les fonds propres des associés et l’apport personnel

Grâce aux apports en numéraires ou aux avances en compte-courant d’associé, les associés peuvent investir une partie de leurs fonds personnels dans l’entreprise. Ces fonds permettent de construire un capital propre à l’entreprise. Admettons que nous sommes dans la phase de création de l’entreprise, les capitaux propres sont la somme d’argent qu’une personne ou un groupe de personnes a investi dans cette entreprise. 

Un apport personnel d’au moins 20% de l’investissement total requis est nécessaire pour démarrer une entreprise. La « contribution personnelle” fait référence à l’argent que vous collectez grâce au financement participatif. C’est la première solution de financement pour les startups.

Bien sûr, c’est évident ! Les contributions personnelles constituent la principale source de financement des nouvelles entreprises. 

En tant que chef de projet, vous devez prévoir au moins un apport minimum en financement pour le démarrage de votre activité. En principe, cet investissement doit représenter entre 20 % et 30 % de vos besoins financiers et est là pour couvrir les premières dépenses de la structure (frais administratifs, honoraires de notaire, …).

Votre investissement initial représente votre motivation, votre engagement et votre volonté. Cela montre que vous êtes prêt à faire des efforts pour lancer votre entreprise. De quoi convaincre de potentiels investisseurs et institutions financières de vous prêter des fonds pour le développement de votre idée d’entreprise !

Par conséquent, les apports personnels sont la première solution de financement pour les startups et constituent un levier important pour obtenir d’autres financements.

Ainsi,  on parle d’auto-financement lorsque vous financez votre startup en faisant appel uniquement à vos fonds propres et à ceux de vos associés. Cette pratique est bénéfique pour l’entreprise car elle lui permet de se libérer de tout engagement vis-à-vis d’une tierce personne ou entreprise.

Par ailleurs, si ces fonds propres ne suffisent pas à financer entièrement l’entreprise, ils aident néanmoins à solliciter des emprunts bancaires.

La love money comme alternative de financement interne

On peut aussi envisager de se tourner vers ses proches dans le cadre d’une recherche de financement pour une entreprise ou un projet. La love money traduit en français par « l’argent de l’amour » est une alternative dans votre recherche de financement qui consiste à demander une contribution à vos proches en vue de lancer votre activité.

Elle est l’une des premières sources de financement pour créer ou reprendre une entreprise.

Cette technique qui consiste à lever des fonds auprès de votre entourage, permet à vos proches, à vos amis, à votre famille ou encore à vos collègues, de vous prêter de l’argent. Il s’agit d’une sorte d’épargne « affective ».

Vos proches peuvent vous proposer :

  • Des dons ;
  • Des prêts sans intérêts, prêts à taux zéro ;
  • Des prêts à taux bas (très faibles) ;

Concernant les dons, il n’existe aucun droit à payer sur les dons ne dépassant pas 31.865 €. Néanmoins, il existe quelques règles à respecter :

  • Le donateur doit avoir moins de 80 ans ;
  • Le bénéficiaire doit être un enfant, petit-enfant ou arrière-petit-enfant du donateur (ou neveu/ nièce si le donateur n’a pas eu d’enfant) ;
  • Le bénéficiaire doit être majeur et émancipé.

Si la love money possède de nombreux avantages, elle a aussi son petit lot d’inconvénients, qu’il vaut mieux avoir en tête lorsque vous vous lancerez dans cette aventure. 

Afin d’éviter de futurs désaccords, il est important de mettre les engagements par écrit. Si les dons font rarement l’objet d’un contrat, c’est une nécessité pour le prêt et la prise de participation en capital. En cas de prêt, il est impératif de signer un contrat. En cas d’investissement en capital, la signature d’un pacte d’actionnaires est requise. A défaut, l’opération peut être formalisée dans les statuts de la société.

Par ailleurs, pour persuader votre entourage, vous n’avez qu’à vanter les avantages fiscaux de cette démarche pour les investisseurs particuliers

Partager l'Article: